77 visites

L’Horizon, rue Claude Gonord

lundi 25 décembre 2023 , par Henri

L’Horizon

Emplacement du futur lotissement L’Horizon, à côté du Moulin des Buttes - 1/3

Emplacement du futur lotissement L’Horizon, à côté du Moulin des Buttes - 2/3

Emplacement du futur lotissement L’Horizon, à côté du Moulin des Buttes - 3/3

Futur lotissement L’Horizon et rue Claude Gonord - Conseil Municipal 26 novembre 2021

Le lotissement L’Horizon va sortir de terre - Bulletin Municipal Janvier 2023

Lotissement L’Horizon début des travaux avril 2023

Lotissement L’Horizon - Photos avec drone André Boucq 7 octobre 2023

Lotissement L’Horizon - Photos avec drone André Boucq 7 octobre 2023

Lotissement L’Horizon - Photos avec drone André Boucq 7 octobre 2023

Lotissement L’Horizon - Photos avec drone André Boucq 7 octobre 2023

Lotissement L’Horizon - Photos avec drone André Boucq 7 octobre 2023

Lotissement L’Horizon - Photos avec drone André Boucq 7 octobre 2023

Claude Gonord

Claude Gonord fondateur du Maquis de la Maison Rouge

Claude Gonord est né en Mai 1922. Dès 1940 il s’engage dans la Résistance, le jeune diplômé en menuiserie, athlète confirmé, se voit confier différentes missions : "fournitures de fausses cartes d’identité, cartes d’alimentation, fourniture de faux certificats de travail, faciliter l’évasion de nombreux prisonniers.

En 1941, il s’engage pour une durée de trois ans au 20° bataillon de chasseurs alpins à Dignes. Démobilisé en Novembre 1942 à l’invasion de la zone sud par les Allemands, il devient agent de renseignements au sein du réseau "Éleuthère".

En 1943, il est chargé de la collecte de renseignements sur le Mur de l’Atlantique de Lorient à l’île d’Oléron, position des batteries de défense avec les angles de tirs et l’importance des pièces, position des blockhaus. Il se voit ensuite confier une équipe de saboteurs venue de Paris. Leur mission : infiltrer l’organisation Todt, en charge de la construction du Mur de l’Atlantique et saboter les lignes de communication entre La Baule et le camp d’aviation d’Escoublac et la base sous-marine de Saint-Nazaire. Mais les activités de Claude sont repérées par la Gestapo, ses chefs le font alors passer au Service national maquis de l’Armée Secrète.

Le Général Audibert chef de l’Armée Secrète pour l’Ouest, également responsable du réseau de renseignement "Éleuthère" Bretagne, a reçu mission de former des maquis. En 1943 Claude Gonord membre du réseau "Éleuthère" est chargé de former un maquis. Il est mis en contact par les parents de sa future épouse, avec le père Martin, fermier à la Maison Rouge aux Touches, sous prétexte qu’il devait se cacher, Pierre Martin ayant déjà hébergé ou placé dans le voisinage de nombreux jeunes, qui refusaient de partir travailler pour les Allemands, accepta ce nouvel arrivant. Claude participa aux travaux de la ferme, et après plusieurs semaines, il révéla à Pierre Martin la mission qu’il devait remplir avec son accord. Pierre Martin accepta, avec l’accord du propriétaire M. Viot, mis sa ferme à sa disposition. Claude commença avec beaucoup de précaution le recrutement parmi les
jeunes dans le voisinage. Juillet 1943 ils étaient 33.

Le 16 Octobre 1943, les maquisard sont réunis pour la visite du délégué régional, Henri Bouret "Jean François", accompagné du Colonel Abeille "Fantassin”, représentant le Général de Gaulle pour la région M, la plus grande région F.F.I. comprenant 14 départements, ainsi que du Dr Dupé et du Cdt Briac le Diouron "Yaco", les maquisards sont passés en revue par les émissaires de Londres, qui homologuent le premier maquis du département et nomment Claude Gonord au grade de Lieutenant.

En Décembre 1943 Claude est envoyé en stage dans l’Ille-et-Vilaine, pour un entraînement particulier au Maquis de Saint-Yvieux. Là, il est dénoncé, arrêté et livré à la Gestapo, torturé et transféré à Buchenwald sans avoir livré le nom de ses camarades.

Le fanion du Maquis de la Maison Rouge reconstitué en 1945 par Mme Lucette Gonord femme de Claude, à l’identique de celui qu’elle avait fait en 1943 qui a été brûlé par les Allemands au Maquis de Saffré le 28 Juin 1944, Malgré l’absence de Claude le groupe de la Maison Rouge poursuivra ses activités. Il fournira l’ossature du Maquis de Saffré.

Au camp de Buchenwald l’organisation clandestine de la résistance qui malgré les contrôles très sévères des SS et les risquent encourus par les déportés, avait subtilisé des armes qui allaient servir à prendre d’assaut les tours de guet et le contrôle du camp le 11 Avril 1945, quelques heures avant l’arrivée de l’armée Américaine. Claude est rapatrié à Nantes le 10 Mai 1945. En 1950, il est immobilisé pour deux ans à la suite d’un grave accident de la circulation. Le jour de l’inauguration du monument du Maquis de Saffré par le Général de Gaulle le 11 Juin 1950, ses camarades du Maquis voulaient qu’il soit présent, ils l’ont amené sur un brancard, le Général de Gaulle est venu le saluer.

Claude reprend ensuite l’entreprise familiale avant de se retirer en 1968 pour raison de santé à Nort sur Erdre. Ayant participé à la résistance dans le camp de Buchenwald, qui abouti à l’action libératrice du 11 Avril 1945, Claude recevra les insignes d’officier de la Légion d’honneur en 1988.

Claude Gonord est décédé le 16 Mars 1993 à Nort sur Erdre.

Réunion du Conseil Municipal du Vendredi 26 Novembre 2021, il a été évoqué pour le futur lotissement "L’Horizon" au Moulin des Buttes, le nom d’une nouvelle rue : "Claude Gonord fondateur du Maquis de la Maison Rouge".

Claude Gonord en 1941 au 20ème bataillon de chasseurs alpins à Digne

Fanion reconstitué du Maquis de la Maison Rouge

Fanion des rescapés de Buchenwald

Inauguration du Monument de Saffré : le Général de Gaulle est venu saluer Claude Gonord qui était allongé sur un branquard

Claude Gonord

Archives du Passé - Bulletin Municipal - Avril 2022 - Claude Gonord Fondateur du Maquis de la Maison Rouge

Total 29195 visites depuis 791 jours | Les Touches Haut Lieu de (...) | Maquis de Saffré | | | SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0