Accueil > Notre Passé > Jean-Jacques Audubon, naturaliste
28 visites

Jean-Jacques Audubon, naturaliste

jeudi 23 juin 2022

Enregistrer au format PDF Format PDF | Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour naviguer dans le portfolio, vous pouvez

  • cliquer sur les flèches gauche/droite en bas à gauche de l’image en mode zoom
  • cliquer sur l’image elle-même pour voir la suivante
  • utiliser les flèches gauche/droite du clavier

Jean-Jacques Audubon, naturaliste

Jean jacques Audubon, peintre, naturaliste, aventurier, né en 1785 dans l’île de Saint-Domingue (Haïti), est décédé en 1851 à New-York.
Sa mère, Jeanne Rabine née en 1758 aux Touches, quitte son hameau les Mazures, pour embarquer en 1781 sur le Conquérant à Nantes pour Saint-Domingue, elle avait 23 ans.

Le célèbre peintre des oiseaux d’Amérique : Jean-Jacques Audubon serait venu aux Touches, à Montagné (anciennement Montigné) près de Nort-sur-Erdre, après son retour à Couëron en 1788 et avant son départ en 1806 pour les États-Unis à 21 ans.

Montagné fut le logis des "Le Ségaller", puis ensuite des "Lejeune de Vaugéhon", dont Jean-Baptiste Lejeune de Vaugéhon, époux de Marie-Claire Anne Audubon, y reçurent leur neveu Jean-Jacques Audubon.

Extrait du site : http://chouannerie.chez-alice.fr/annales/textes_03.htm

Les Touches :

Montagné on Montigné. Fut le logis des Le Ségaller, puis ensuite des Lejeune de Vanghéon qui y reçurent leur neveu, le célèbre peintre des oiseaux d’Amérique : Jacques Audubon dont la famille est originaire de Port-Launay en Couëron.

Il a peut-être été aussi aux Mazures, le village de sa mère Jeanne Rabine...

Bulletin Municipal des Touches N°29 Janvier 1993, d’après la Sté AUDUBON pour l’étude et la Protection de la Nature à Couëron

Jeanne RABINE mère de Jean Jacques AUDUBON

  • Jeanne est née le 14/03/1758 aux Touches, elle est décédée le 10/11/1785 à Saint-Domingue (Haïti), elle avait 27 ans.
  • Les Touches était une source de domestiques pour Nantes.
    Cébron aurait recommandé Jeanne Rabine des Mazures, un hameau près de sa tannerie, à Jacques Pallon de la Bouverie, juge en retraite.

Le 23/10/1781, le Conquérant quitte le quai de la Fosse à Nantes pour Saint-Domingue (Haïti), avec à son bord, Jacques Pallon de la Bouverie, sa femme, leurs trois filles et Jeanne Rabine comme femme de chambre.

  • Au bout de quelques semaines, Jeanne s’enfuit de chez les Pallon... et fut recueillie par Jean Audubon, celui-ci disait : "qu’elle était extraordinairement belle". Jeanne ne savait ni lire ni écrire (cas de 40% des Français à cette époque là).
  • Le 21/05/1784, Laurent Sanson, médecin, vint en consultation à la maison de Jean Audubon. À coté de plusieurs noms d’esclaves, il y avait celui de Jeanne Rabine sur l’ordonnance.

En Octobre 1784, Jeanne était enceinte et de nouveau souffrante.
Début Avril 1785, le médecin fut convoqué. Les eaux minérales et les remèdes de charlatans n’amélioraient pas son état de santé.
Deux semaines plus tard, un autre appel d’urgence eut lieu, le médecin vint avec le chirurgien Guérin.

L’accouchement venait de commencer, le 26/04/1785 c’était la naissance de Jean Jacques (futur John James) AUDUBON.

Six jours après, le médecin revisita la mère et l’enfant. Il opéra un abcès à l’un des seins de Jeanne.

La fièvre des îles et l’infection, hâtèrent la fin de Jeanne...

A sa naissance, il porte le nom de Jean Rabine ou Jean Fougère. Sa mère Jeanne Rabine née dans le village les Mazures à Les Touches, décède le 10 novembre 1785. En 1788, son père Jean Audubon le ramène dans sa propriété de la Gerbetière à Couëron. Il est accueilli par sa belle-mère qui l’élève comme son propre enfant.

Par la suite, Jean-Jacques est officiellement adopté et porte le nom de Audubon.
Enfant, il dessine déjà des oiseaux, et s’intéresse à la nature. Adolescent, il est probable qu’il chercha à connaître ses racines maternelles et le village où sa mère est née.

Ouest-France 24 décembre 2005

Ouest-France 24 décembre 2005

Ouest-France 24 décembre 2005

Qui était Jean-Jacques Audubon ?

Ascendants de J.-J. Audubon

Timbres de 1995 en hommage à Jean Jacques Audubon et à son oeuvre

Timbres de 1995 en hommage à Jean Jacques Audubon et à son oeuvre

Généalogie Jean-Jacques Audubon

Extraits du Bullatin Municipal de mai 1980 et du registre paroissial de 1788 des Touches

Sur les pas d’Audubon à Couëron "La Gerbetière", sa maison d’enfance - museum.nantes.fr

Généalogie Jean-Jacques Audubon sur Wikipedia

Jean-Jacques Audubon - Naissance le 26 avril 1785 aux Cayes (St-Domingue) Décès le 27 janvier 1851 à New York

Le patrimoine naturel Couëronnais présenté à l’Estuaire - Article du 4 octobre 1996

Presse Océan - 17 août 2019 - Sur les traces d’Audubon

La Gerbetière, maison d’enfance de Jean-Jacques Audubon

La Gerbetière, maison d’enfance de Jean-Jacques Audubon

Le marais Audubon accueille des cigognes - Presse Océan 16 juillet 2022

Jean-Jacques Audubon une histoire nantaise - Ouest-France 5 août 2022 - 1/3

Portrait de John James Audubon - Ouest-France 5 août 2022 - 2/3

La Gerbetière à Couëron - Ouest-France 5 août 2022 - 3/3

Jean-Jacques Audubon le peintre des oiseaux

Le plus américain des Couëronnais - Ouest-France 30 août 2022

Biographie par Gérard CHARPENTIER

Gérard CHARPENTIER Ph. D.
Sociologue et auteur
www.gerardcharpentier.com

JEAN-JACQUES AUDUBON, CÉLÈBRE DANS TOUS LES ÉTATS-UNIS, Y COMPRIS EN FLORIDE

Il est né en 1785, sur l’île de Saint-Domingue (maintenant Haïti dans la partie ouest de l’île), alors colonie française très prospère, au lieu dit Les Cayes. Ce Français a eu un destin très particulier et plutôt imprévisible pour l’époque et qui le rendit aussi célèbre aux États-Unis que le prestigieux Lafayette.

Un père capitaine de Marine et homme d’affaires

Jean Audubon

Ses ancêtres du côté paternel sont originaires de la région de la Loire Atlantique en France (Sables-d’Olonne et Nantes). Son père, le capitaine Jean Audubon, a lui aussi, eu un destin américain et joué un rôle au moment de la révolution. Étant lui-même fils d’un navigateur sous contrat avec la royauté et le gouvernement français, il commence très jeune à naviguer sur les mers et son expérience dans le domaine est sans conteste. À l’âge de 13 ans, il est blessé lors d’une attaque du bateau de son père et il est fait prisonnier. Il sera libéré alors qu’il avait 19 ans.
Par la suite, il fait de nombreux voyages vers Terre-Neuve et Saint-Domingue. En 1779, il est fait prisonnier par les Anglais et enfermé quelques mois à New York.

Libéré, le capitaine Audubon s’implique dans la révolution américaine et participe, en 1781, avec la flotte du Marquis de Grasse, aux combats de Yorktown (dans l’actuelle Virginie). Bataille historique dont l’issue finale devait conduire à la naissance des États-Unis.

Devenu capitaine au long cours, il travaille pour les frères Coiroud qui commercent régulièrement entre la France et Saint-Domingue où il va vivre de 1783 à 1789.

Le Capitaine Jean Audubon s’enrichit rapidement, devient propriétaire de plusieurs bateaux et d’une plantation à Saint-Domingue où un de ses frères réside également. Plus tard, il fera l’acquisition, dans la région de Philadelphie, d’une propriété qui va jouer un rôle important dans le destin de son fils, Jean-Jacques.

Une enfance très particulière, mais heureuse

Bien que marié en France avec Anne Moynet, Jean Audubon eut plusieurs maîtresses dans l’île, Nous en connaissons principälement deux ; Jeanne Rabine dont il a un garçon (Jean-Jacques) et une demoiselle Bouffard dont il a une fille (Rose ou Rosa dite Muguet).

Jean-Jacques Audubon, sélon l’État civil français, était donc le fils illégitime de Jean Audubon et de Jeanne Rabine (parfois écrit sans « e »), Les historiens ne sont pas tous d’accord sur les origines de sa mère. Ce qui est certain, c’est qu’elle vivait aux Cayes et qu’elle y travaillait pour une famille de planteurs, originaire de France, Pour certains, elle aurait été bretonne née aux Touches (Loire Atlantique), mais d’autres pensent que c’était une esclave créole. Le fait qu’elle décède peu de temps après la naissance de son enfant a sans aucun doute rendu plus difficile la connaissance précise des ses origines.

À sa naissance, le jeune garçon porte le nom de Jean Rabine où encore Jean Fougère. En appelant son garçon de ce nom, le capitaine Audubon voulait ainsi l’associer à la révolution française. De fait, « Fougère », dans le nouveau calendrier révolutionnaire, correspond au 26 avril, jour de naissance de son garçon (3e jour du mois de Floréal).

La vie et les affaires à Saint Domingue devenant de plus en plus difficiles, le capitaine Audubon, son père, revient en France et s’installe dans sa région de Nantes. Il y possède à Couéron, sur les bords de la Loire, un domaine du nom de La Gerbetière. La vie de Jean-Jacques est alors celle d’un enfant aimé de son père et de sa femme (de 10 ans plus âgée que lui) qui élève les enfants de son mari, n’en ayant pas elle-même comme s’ils étaient les siens. Par la suite, Jean-Jacques est officiellement adopté et porte le nom de Audubon. il en sera de même pour sa sœur Rose.

Bien que la vie de Jean-Jacques ne fut jamais linéaire, une constante apparaît cependant : c’est-à-dire son amour de la nature et l’observation des oiseaux. On note que cette passion commence dès la petite enfance. C’est dans le domaine de son père et sur les bords de la Loire que Jean-Jacques, en compagnie du médecin de famille, Charles Marie d’Orbigny, fait ses premières observations.

Une vie adulte difficile, mais le succès en fin de vie

En 1803, alors que Jean-Jacques a tout juste 18 ans, son père l’envoie aux États-Unis pour, soi-disant, gérer la ferme qu’il possède en Pennsylvanie, connue sous le nom de « Mill Grove > » et qui existe encore aujourd’hui. De fait, on peut penser qu’il veut le soustraire à la conscription obligatoire imposée par Napoléon Bonaparte à qui il s’oppose politiquement.

Jean-Jacques y fait la connaissance d’une voisine, Lucie Bakewell. Ils vont se fiancer, puis Jean-Jacques retourne en France. Il y réalise alors ses premiers croquis d’oiseaux puis revient en 1806 en Pennsylvanie et s’y marie en 1808. Ils auront trois enfants, Victor, John et ensuite une petite fille, qui vivra moins d’un an.

En dehors de sa passion pour les oiseaux et leur étude, on peut dire que la vie socioprofessionnelle de Jean-Jacques n’est pas des plus brillantes. La gestion de la ferme de son père est un échec, ses tentatives dans le négoce d’allumettes et de lanternes l’est aussi, son association avec son beau-frère dans l’exploitation d’une scierie à vapeur est une catastrophe, si bien qu’il doit faire faillite et qu’il est même condamné à une peine de prison.

Pendant cette période de sa vie, il fait des va-et-viens entre la Pennsylvanie et Louisville, dans le Kentucky, où il s’y installe à deux reprises avec sa famille. Finalement, il revient en Pennsylvanie vers 1812. C’est également l’année où il devient Américain. C’est à cette époque que les services de l’immigration anglicisent son prénom qui devient John James.

Ne disposant pas de revenus réguliers, il utilise bien souvent ses talents de dessinateur et faits des portraits à la commande. Sa femme quant à elle travaille comme préceptrice dans les familles de riches planteurs.

Pendant toutes ces années difficiles, il n’a cependant pas cessé de voyager, pour observer et réaliser des croquis d’oiseaux. Il parcourt et découvre la nature sauvage du Kentucky, des vallées du Mississippi et de l’Ohio, de la Louisiane, de la Floride et du Texas. Il visite même certaines régions du Canada et tout particulièrement le Labrador en 1823. Non seulement, détient-il un talent indéniable, mais il est un précurseur parmi ce que l’on peut appeler les peintres naturalistes, car il est le premier à reproduire grandeur nature les oiseaux qu’il observe. Au total 489 croquis qu’il signe parfois du nom de La Forest.

Il innove également dans ses méthodes de chasse en utilisant des petits plombs pour ne par déchiqueter l’oiseau mais également dans sa façon de naturaliser les animaux qu’il conserve en utilisant des supports métalliques ou du fil de fer afin de leur donner une apparence de mouvement et leur donner une position expressive dans leur habitat naturel.

Finalement, entre 1827 et 1838, la fortune lui sourit. Après de nombreuses rencontres, il finit par réaliser ses objectifs et trouve un éditeur pour éditer, dans un ouvrage unique, tous ses croquis regroupés dans 435 planches gravées et colorées. Ouvrage connu sous le nom de « Birds of America » II meurt en 1851, à New York, connu et reconnu pour son œuvre, il est considéré comme le premier ornithologue du Nouveau Monde.

La « National Audubon Society » en 2010

Prés de 50 ans après sa mort, la mémoire de ce peintre et observateur de la nature sera honoré par la création aux États-Unis de la « National Audubon Society » qui a pour vocation, la sauvegarde des oiseaux et de leur environnement naturel.

En fait, cette grande aventure commence en 1899 dans la région de Boston, avec la parution d’un magazine (qui quarante ans plus tard changera de nom pour s’appeler Audubon) lancé par F.M. Chapman, ornithologiste à l’American Museum of Natural History. Il faut noter qu’une tentative similaire avait déjà était tentée quelques années auparavant, par George Bird Grinnell, qui avait également créé la première « Audubon Society » et le « Audubon Magazine ».

Dès leur début, les « Audubon Society » avaient comme objectif de s’opposer à la chasse aux oiseaux pour la vente de leurs plumes. Aussi, on comprend que le nom de John James Audubon, le premier peintre des oiseaux d’Amérique, fut symboliquement retenu pour la cause. Rapidement, chaque état eut sa propre société Audubon. Un fédération vit le jour et devint une force qui obligea le gouvernement à prendre des mesures.

En 2010, il existe aux États-Unis des centaines de « Audubon Society », répartis dans tout le pays et regroupant plus d’un demi million de membres.

En Floride, on compte 43 chapitres regroupés sous le vocable de « Audubon of Florida ». Le rôle de ce regroupement étant de veiller sur les écosystèmes si fragiles de la Floride.

En France, sa renommée connait actuellement un regain et on a même découvert il y a peu de temps des documents inédits qui ajoutent à la compréhension de son travail. De plus en plus de sites et de lieux naturels portent son nom tout particulièrement dans la région de Nantes, faisant de lui un enfant du pays.

Sources : Vous pouvez aussi consulter sur internet les sites suivants qui ont permis de documenter le sujet traité dans cet article :

Portfolio

Buse à épaulettes rousses (Édition Leipzig) Faucon émerillon (Édition Leipzig) Canard carolin (Édition Leipzig) Crécerelle d'Amérique (Édition Leipzig) Pigeon à couronne blanche (Édition Leipzig) Pigeon migrateur (Édition Leipzig) Perruche de Caroline (Édition Leipzig) Harfang des neiges (Édition Leipzig) Grand pic (Édition Leipzig) Geai à gorge blanche (Édition Leipzig) Cardinal à poitrine rose (Édition Leipzig) Oriole du Nord (Édition Leipzig) Bec-croisé bifascié (Édition Leipzig) Grande aigrette (Édition Jeanjean) Chouette rayée (Édition Jeanjean) Pigeon à queue barrée (Édition Leipzig) Tyran des savanes (Édition Jeanjean) Bruant des champs (Édition Jeanjean) Troglodyte à bec court (Édition Jeanjean) Paruline à capuchon (Édition Jeanjean) Huppe fasciée (Édition Jeanjean) Aigrette bleue (Édition Jeanjean) Chevalier à pattes jaunes (Édition Jeanjean) Océanite culblanc (Édition Jeanjean) Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon" Résultat recherche Google images "john james audubon"
Total 2170 visites depuis 176 jours | Contact | La Résistance dans le 44 | Les Touches | Les Touches - Haut Lieu | Site réalisé par Frédéric Jeanneau | SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0