Accueil > Notre Passé > Le Mont Juillet
238 visites

Le Mont Juillet

lundi 23 octobre 2023 , par Henri

  • Dernière mise à jour, onglet : Autel sous le Calvaire

Le Mont Juillet

Le Mont Juillet : du matin monticellus, autrement dit la colline dédiée au nommé Jules (Julius). La tradition rapporte que le mont doit son nom à Jules César, Les Touches se trouvant à la croisée de deux voies romaines importantes ; de plus le point de vue dont on jouit à son sommet aurait, dit-on, été utilisé comme observatoire par les romains.

Sur ce mamelon rocheux dressé à l’Ouest, d’une hauteur de 52 mètres (point culminant de la commune), se dresse un calvaire.

Le Mont est formé de rochers très durs. Au Sud-Ouest, une carrière ouverte avant 1900, et exploitée ensuite de 1949 à 1960 et de 1972 à 1985 l’a fortement entamé en s’avançant très près des maisons. On y extrayait de la pierre pour les routes, notamment.

Comme le vent n’y manque pas, on a construit quatre moulins qui semble se toucher. Ces moulins ont eu leurs jours de prospérité, mais hélas ! Les inventions nouvelles vont causer leur ruine. Désormais la clientèle veut manger du pain bien blanc, mais beaucoup moins nourrissant. Elle donne son grain aux minoteries des environs qui avancent plus vite, sans se douter que les meuniers du pays seront forcés d’abandonner leurs moulins. Si jamais les moulins disparaissent, le Mont Juillet ne sera plus reconnaissable.

Dès le Moyen Age, un moulin y fut dressé, puis 3 autres après la Révolution. Le plus ancien fut érigé en calvaire. Le dernier des autres cessa son exploitation en 1932-1933 et aujourd’hui ne subsiste que sa base.

Mais quand le moulin fut-il transformé en calvaire : 1911, 1925, 1931 ?

Le calvaire actuel a été édifié sur la base d’un des moulins, celui de la famille Servant : moulin banal de la Seigneurie du Pont-Hus, c’est le plus ancien moulin de la commune, datant du Moyen-Age.

  • Jean Servant (1733-1788), meunier au Mont Juillet depuis 1751, ensuite de père en fils :
  • Jean Servant (1775-1851)
  • Pierre Servant (1814-1892)
  • Louis-Félix Prosper Servant (1847-1923)
  • Louis-Félix Servant (1883-1918) - quand il est mort à la guerre 14-18, son père a continué l’exploitation presque jusqu’à sa mort en novembre 1923

Exploité par la famille Servant depuis le milieu du 18ème siècle, elle en devient propriétaire grâce à Louise Abeline, veuve Servant, qui le rachète durant la révolution (comme le moulin des Buttes).

La famille l’exploite durant tout le 19ème siècle, et le début 20ème jusque vers 1924. Il est alors vendu à la paroisse des Touches, qui le transforme en Calvaire en 1926... il domine le bourg depuis cette date.

Le Moulin et la Maison ont ensuite été vendus à la Paroisse des Touches en 1924, et le Calvaire a été édifié courant 1925, pour être inauguré le 31 Janvier 1926.
Le Christ est porté en Procession au Mont Juillet au cours du Jubilé du 31 janvier 1926 pour être placé sur le Calvaire.

Sur les flancs sont plantés des vignes qui gèlent difficilement qui fournissent d’excellents vins.

Le Calvaire du Mont Juillet est le point culminant de la commune, il est illuminé chaque soir. Profitez du parc du Mont Juillet, de ses aménagements (aire de pique-nique et de jeux pour enfants) et de son panorama situé au pied du calvaire.

  • Le 17 avril 1948, la commune achète la carrière du Mont Juillet pour l’exploiter à son compte en remplacement de la carrière de la Vieille Cure, qui fournissait la pierre pour les chemins ruraux, un bail sera conclu avec M. Victor Marchand carrier, jusqu’en octobre 1960, ensuite de 1972 à 1985 avec la société Eline.
    Sur la page « Archives diverses sur Les Touches » " Voir l’onglet : « Carrière de la Vieille Cure » "

Les quatre moulins sur la butte du Mont Juillet

Clos de la Peignerie sur le Mont Juillet

Les vignes sur le Mont Juillet

Les vignes sur le Mont Juillet

Le Christ est porté en procession pour être placé sur la Croix du Calvaire du Mont Juillet

Le Calvaire sur un ancien moulin et un moulin

La carrière vers la fin de son exploitation, à proximité du Calvaire

Réunion du Conseil Municipal du 11 janvier 1948 - projet d’achat de la carrière Rortais

L’Évêché propose la cession gratuite avec obligation pour la Commune d’entretenir et conserver le site

Vue de la carrière en cours d’exploitation vers 1980, par la société Eline.

Le C. M. demande à la Sté Eline de revoir les normes de sécurité - Conseil Municipal 21 avril 1978

Plainte pour les tirs de mines - Arrêté d’abandon de carrière - Conseil Municipal en 1981 et 1985

Les ruines d’un ancien moulin sur le Mont Juillet

Le Calvaire au dessus de l’ancienne carrière

La réserve d’eau dans l’ancienne carrière

La carrière du Mont Juillet est devenue une réserve d’eau profondeur 16 m

Mise à l’eau réussie dans la carrière du Mont Juillet en 2010

Mise à l’eau réussie dans la carrière du Mont Juillet en 2010

La Croix disparue, du Mont Juillet

Extrait du Bulletin Paroissial N° 86 Dimanche 18 Août 1907 - La Croix du Mont Juillet :
A l’angle formé par la route de Nort et le chemin qui conduit au Mont Juillet se trouve la Croix dite du Mont Juillet. Elle est située sur le terrain Servant et lui appartient.
Un homme de Nort, Adam, allié à la famille se chargea des frais de construction.
On y monte par un escalier très étroit fermé par une grille de fer. La Croix est en bois et supporte un Christ en fonte pesant 80 kg.
Elle fut élevée en 1874, M. Douillard étant Curé et M. Lévesque Vicaire. Avant l’existence de cette croix on dressait en cet endroit un des reposoirs de la Fête-Dieu.
La procession continua d’y venir après sa plantation. La Croix servait de fond au reposoir et la masse était le Thabor où l’on déposait le Saint-Sacrement.
Cette coutume a disparu depuis 25 ans.
La croix commence à fléchir. Pour éviter sa chute trop rapide, on songe à retirer le Christ qui pourrait se briser en tombant.
Cette Croix avait été rénovée au début des années 1920 par Louis-Félix Prosper Servant, en souvenir de son fils, Louis-Félix mort pendant la guerre 14-18.
Elle est restée debout pendant 30 ans, avant de tomber au cours d’une tempête dans la nuit du 20 au 21 Novembre 1950.
Le Christ en fonte fut remisé pendant 54 ans dans la famille. Il orne depuis le début de l’année 2005 la Croix de l’Autel situé dans le parc de la Maison de Retraite Saint-Joseph.

Dans le cercle rouge on aperçoit la Croix du Mont Juillet

La Croix était à l’angle de la route de Nort et du chemin qui monte au Mont Juillet

Les marches de l’escalier sous le lierre et les ronces

Le socle de l’ancienne croix disparue

Depuis 2005 le Christ de l’ancienne Croix est sur la Croix de L’autel, Parc Résidence Saint-Joseph

Aménagement du Mont Juillet en 2004

Le Calvaire sur le Mont Juillet

Le Calvaire avant restauration

Croix et statues sur le Calvaire avant restauration

La rampe de l’escalier avant sa restauration

Echafaudage sur le Calvaire pour sa restauration

Croix et statues sur le Calvaire après restauration

Rénovation du Calvaire du Mont Juillet en 2004

La rampe de l’escalier après restauration

La grille d’entrée du Calvaire après restauration

Le Calvaire du Mont Juillet après restauration

Le Calvaire en bordure de la carrière

Illumination du Calvaire

Illumination devant le Calvaire

Vue d’ensemble des travaux d’aménagement

Travaux d’emplacement d’un chemin d’accès du bas vers le haut du Mont Juillet

Emplacement du chemin d’accès du bas vers le haut du Mont Juillet

Béton sur le chemin d’accès

Formation de marches de distance en distance sur le chemin d’accès

Deux ou trois marches de distance en distance sur le chemin d’accès

Chemin d’accès sur le haut du Mont Juillet

Le chemin d’accès est terminé et la plantation d’arbres effectué

Participation de Nature Environnement

Plantation d’arbres

Plantation d’arbres

La parcelle de vigne vers le milieu à droite

Le bourg vue du haut du Mont Juillet

Premières plantations en 2004 sur le Mont Juillet

Premières plantations en 2004 sur le Mont Juillet

Premières plantations en 2004 sur le Mont Juillet

Premières plantations en 2004 sur le Mont Juillet

Membres du conseil municipal et bénévoles ont planté une parcelle de vigne sur le Mont Juillet

Photo de l’aménagement du Mont Juillet en 2004 prise du clocher par une petite ouverture au niveau de l’horloge

Carte des communes concernées par les tables d’orientation

La table d’orientation vers l’Est a été installée en février 2020

La table, le chemin d’accès, la parcelle de vigne et le bourg

Vers le Parc éolien de Les Touches, Eglise de Trans, Parcs éoliens de Mésanger, Couffé, Ligné et Les Touches

La table d’orientation vers le Sud a été installée en 2004

Vers Ancenis 22 kms, Ligné 5 kms, la Maison Neuve, la Sencive et la réserve d’eau

Vers Petit-Mars 5 kms, Tour Bretagne à Nantes 30 kms et Sillon de Bretagne à Saint Herblain 30 kms

Vers Casson 11 kms, Château de la Brechoulière 1 km et Nort-sur-Erdre 4 kms

Parc éolien de Pannecé

Eglise de Trans-sur-Erdre

Deux châteaux d’eau vers Mésanger

Moulin des Buttes Les Touches

Le Clocher de l’église de Ligné

Les Dureaux Les Touches - Petit Mars

Eglise et Château d’eau de Petit Mars

Eglise de Petit Mars, église et château d’eau de Carquefou

Zoom sur : église de Petit Mars, église et château d’eau de Carquefou

château d’eau de Petit Mars, sa démolition a été faite en septembre 2014

Cité Marin Poirier et tour Bretagne à Nantes

Immeuble du Sillon de Bretagne à Saint Herblain

Château de la Bréchoulière et château d’eau de Casson

Eglise de Nort-sur-Erdre

Châteaux d’eau de Nort-sur-Erdre et Saffré

Château d’eau vers Saint-Mars-du-Désert

Les accès au site du Mont Juillet

Le Mont Juillet appelé aussi dans le passé : La Butte du Mont

Les quatre moulins sur la butte du Mont Juillet

Rue du Mont Juillet vers Nort sur Erdre

Début de la rue du Mont Juillet, premier accès au site

Accès au site du Mont Juillet

Rue du Mont Juillet deuxième accès au site

Accès au site du Mont Juillet

Rue du Mont Juillet, vers Nort sur-Erdre, en face la salle Polyvalente

Rue vers Nort-sur-Erdre, chemin vers le haut du Mont Juillet et accès direct au site

Rue vers Nort-sur-Erdre, chemin vers le haut du Mont Juillet et square Olivier Tardiveau

Rue vers Nort-sur-Erdre et chemin d’accès au Calvaire du Mont Juillet

Square Tardiveau et parking

Square Olivier Tardiveau - Mai 1979

Parking du square Tardiveau en face le parking de la salle Polyvalente

Salle Omnisports vue du square Tardiveau

Rue vers Nort-sur-Erdre, salle Polyvalente vue du chemin d’accès au Calvaire

Chemin d’accès au Calvaire sur le Mont Juillet

Chemin d’accès au Calvaire en haut du site

Square Tardiveau

Square Tardiveau

Square Tardiveau

Square Tardiveau

Puit à côté du parking du square Tardiveau en bordure de la route vers Nort-sur-Erdre

Rue Saint Melaine, accès à la nouvelle Mairie à droite

Rue Saint Melaine vers le bourg

Accès au site du Mont Juillet, bâtiment d’archives et nouvelle Mairie

Accès au site du Mont Juillet

Rue Saint Melaine, du bourg vers la Résidence du Bas-Mont et le lotissement de la Censive

Rue Saint Melaine, début de la Résidence du Bas-Mont, le haut du terrain est en bordure du site

Bordure du terrain vue du site du Mont Juillet vers la rue Saint Melaine

Résidence du Bas-Mont

Accès à droite au site du Mont Juillet

Rue Saint Melaine vue de l’accès au site

Résidence du Bas-Mont à droite, accès au site du Mont Juillet

Vers le haut de l’accès au site

Vue du haut de l’accès au site

Passage accès au site du Mont Juillet

Vue du haut du passage

Lotissement de la Censive à droite

Lotissement de la Censive, accès au site

Rue Saint Melaine vue de l’accès au site

Chemin en escalier qui donne accès au site du Mont Juillet

Rue Saint Melaine vue du haut du chemin en escalier

Passage au fond du site

Passage vers un chemin

Chemin vers la rue Saint Melaine

Parking en bas du site du Mont Juillet

Parking et accès au site du Mont Juillet

Le Site du Mont Juillet à diverses époques

Exploitation de la Carrière du Mont Juillet

La Carrière du Mont Juillet après 1985

Aménagement du Mont Juillet en 2004

Réaménagement sur le Mont Juillet en 2015

Photos du Site du Mont Juillet entre 2009 et 2017

Ancien jardin du Presbytère en 1962 et le site du Mont Juillet en 2017

Mont Juillet, Table d’orientation vers l’Est en février 2020

Pour naviguer dans le portfolio, vous pouvez

  • cliquer sur les flèches gauche/droite à gauche et à droite de l’image en mode zoom
  • utiliser les flèches gauche/droite du clavier
  • passer le portfolio en mode diaporama automatique en cliquant sur "Diaporama" au dessus de l’image en mode zoom

Photos prises sur le Site du Mont Juillet à partir du 21 juillet 2011

Bulletin Paroissial des Touches - n°84 du Dimanche 4 août 1907 - Une expérience

Jeudi soir, plusieurs personnes se sont rendues sur le Mont-Juillet pour assister à une expérience. Trois soldats devaient communiquer avec un poste situé à Saint Donatien.

En cas de guerre, la victoire dépend souvent des renseignements que reçoit le général sur l’emplacement des troupes. Il faut donc qu’il soit en communication avec elles.
Les cavaliers et les cyclistes quand ils ne sont pas arrêtés ne sont pas toujours assez prompts. Le télégraphe ordinaire n’est pas pratique, car le fil peut être coupé par l’ennemi et il faut beaucoup de temps pour le monter. Plus tard on usera de la télégraphie sans fil, mais il y a encore beaucoup d’inconvénients. En jour, on peut faire des signaux connus seulement des postes français. Mais, à une longue distance, ils ne sont pas aperçus. La nuit ils deviennent impossible.

On a imaginé de transmettre les dépêches et les ordres au moyen de rayons de lumière qui se voient immédiatement de très loin. Ces rayons de lumière plus ou moins longs, plus ou moins rapides ont une signification connue du poste qui les aperçoit.

C’est une expérience de ce genre qui a été tentée sur le Mont-Juillet. D’après les soldats elle a bien réussie. Mais les gens n’y ont rien compris.

Pour bien indiquer l’endroit où ils se trouvaient, les soldats ont commencé par lancer une fusée. De Saint Donatien, on a répondu de la même manière. Alors les machines ont fonctionnées, et les deux postes ont pu échanger une conversation.

Bulletin Paroissial des Touches - n°86 du 18 août 1907 (extrait)

En prenant la grande route de Nort, nous trouvons dès le bourg une forte côte qui nous conduit au Mont Juillet ou à la Butte du Mont, comme on dit dans le pays.

Pourquoi ce nom ? on l’ignore. Mais il est certain que les romains ont habité Petit-Mars, et que la plaine de Mazeroles était alors un champ de courses. Il ne serait pas impossible que le Mont, à cause de sa situation servi de camp retranché au général romain Jules César, d’où le Mont Julius dont on aurait fait Mont Juillet.

Vu son élévation, avant l’invention du télégraphe, il servit à transmettre au moyen de signaux les dépêches de Nantes à Meilleraye. Du sommet, la vue est superbe. De tous les côtés, on aperçoit le pays à une grande distance. Les principaux monuments de Nantes situés à plus de sept lieues se distinguent facilement. Les meuniers qui ont de bons yeux voient même au delà de la Loire et nous signalent des moulins dont les vergues tournent en Anjou.

Autel sous le Calvaire

Le Calvaire avant restauration

Les vestiges de pierres pour faire un autel

Sous le Calvaire il y avait un autel, sans doute fait avec les vestiges de pierres.
Les vestiges de pierres sous le calvaire du Mont Juillet sont bien ceux de la partie haute du maître-autel, de chaque côté du tabernacle de l’église. Voir la carte postale ancienne : CPA 1

D’après les cartes postales anciennes, vers 1900, au-dessus le tabernacle du maître-autel de l’église, il y avait une structure en bois sculpté ressemblant à une sorte de clocher qui avait une belle hauteur... le tout devait avoir de l’allure et en imposer à l’époque.
Voir la carte postale ancienne : CPA 2

La partie haute, de chaque côté du tabernacle du maître-autel de l’église, a peut-être été enlevée en même temps que le changement de Chemin de Croix en 1943.
Les deux statues de chaque côté de l’autel, ont été déplacées par l’Abbé Véron, sans doute en même temps que la chaire vers 1960 ?, elles sont maintenant au fond de l’église, voir la photo : 2 statues

Voir ci-dessous : le maître-autel de l’église avant 2010 et depuis 2010 avec un dôme au-dessus du tabernacle.

On peut supposer que la partie haute du maître-autel, de chaque côté du tabernacle avait servi à faire un autel, en assemblant les deux parties, car il y avait bien un autel sous le calvaire du Mont Juillet vers 1950, il s’est écroulé suite aux tirs de mine dans la carrière.
Conseil Municipal du 6 février 1981, les habitants du bourg se sont plaints de ces tirs de mines, par la Sté Eline dans la carrière, qui faisaient trembler les murs des bâtiments et provoquaient des fissures.

Vestiges de pierres sous le Calvaire

Vestiges de pierres sous le Calvaire

CPA 1

CPA 2

2 statues

Le maître-autel de l’église avant 2010

Le maître-autel de l’église depuis 2010

Portfolio

Total 26118 visites depuis 726 jours | Les Touches Haut Lieu de (...) | Maquis de Saffré | | | SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0